PATRIMOINE

Pour revenir à la page d'accueil du site

 
Les cabanes, un élément du patrimoine paysager saintongeais
 
"Dans l'un de ces cabanons noirs, plantés au-dessus de la vase, qui servent d'abris et de magasins à outils aux paysans du marais, éleveurs d'huîtres. Ce paysage (...) avec ses lignes douces et horizontales, ses bassins multiples plus ou moins remplis d'eau, selon un jeu d'écluses permettant de réserver l'eau des parcs entre deux marées, avec ses canaux verts pâles, noyés de mer ou tapissés de boue fine, au gris profond et nacré, parfois moiré d'une tache arc-en-ciel de pétrole, avec son réseau de talus cloisonnant les parcs comme un labyrinthe à l'envers - ici on voit tout, on court sur le faîte des murs - où l'on peut s'allonger dans les hautes herbes face au ciel sans être aperçu du village et dans le fond, vers l'Océan, le clocher d'argent de Marennes."
Michel Braudeau, "Naissance d'une passion" ­ 1985.
 

Cabanes d'ostréiculteurs au petit port de La Grognasse, Bourcefranc, mars 2004

 

Les paysans de la mer, les ostréiculteurs, ont construit, le long des chenaux et des rives de l'estuaire, des cabanes qui font partie intégrante du bassin de Marennes-Oléron, et qui servaient essentiellement au détroquage, opération menée bien souvent traditionnellement par les femmes. Ces cabanes sont pour beaucoup flanquées de dégorgeoirs.
 

Cabane à Port Paradis, Nieulle s/Seudre, mars 2004

Toit rouge de tuiles mécaniques, , murs de bois peint ou enduit de coaltar, portes de couleur vives, petits rideaux coquets ornant de petites fenêtres, ces cabanes sont un élément patrimonial à préserver.

Fenêtre d'une cabane à La Grognasse (Bourcefranc-Le Chapus), 2004
 
Cabane à La Grognasse, à l'embouchure de la Seudre, mars 2004 Cabanes ostréicoles à Mornac, 2004

La diminution du nombre d'ostréiculteurs pose depuis quelques années des problèmes graves de sauvegarde d'un patrimoine paysager unique pour éviter que des particuliers ne rachètent et ne transforment en résidences secondaires les cabanes en leur otant toutes leurs caractéristiques et leur charme, et en les défigurant. (voir à ce sujet un article de 2002 sur l'avenir menacé des cabanes d'ostréiculteurs de la Seudre)

http://www.avcommunication.fr/travail/oleron/dossiers/io_ostreicult/io_ostreicult_10.html

Pour une approche plus détaillée et poétique de la spécificité des cabanes de bord de Seudre, consulter l'essai très bien documenté de Morgan Le Bot, issue de son travail de fin d'études "Au rythme de la Seudre" à l'Ecole d'Architecture de Rennes (TPFE, sept.2001 sous la direction de Pablo Ortuzar):

http://www.c-royan.com/html/art%20et%20culture/litterature/essai/aurythme.htm