PATRIMOINE  

Pour revenir à la page d'accueil du site

Les gabirottes de la rive droite de la Seudre (cliquer en fin de page pour accéder au 2° volet de ce dossier)

L'oeil du promeneur, quand il découvre le marais sur la rive droite de la Seudre, accroche le drôle de relief de curieuses constructions coniques en pierre qui émaillent les prés salés encadrés de chenaux et de ruissons. Pas d'équivalent ailleurs sur la rive gauche, une localisation restreinte à une portion de marais réduite à la commune du Gua et à celle de Nieulle sur Seudre... Mais leur silhouette trapue en pain de sucre pittoresque est un élément patrimonial incontestable du marais, même si leur fonctionnalité originelle reste floue et, il faut bien le reconnaître, assez contradictoire.

Cadastre napoléonien de 1833

La localisation de ces gabirottes est curieusement circonscrite à deux communes de la rive droite de la Seudre, anciennes terres saunières, sur les marais du Gua qui à eux seuls, en concentrent la quasi-totalité à l'exception d'une située à Nieulle. Quant à leur date de construction, elle semble se situer entre le XVIII° siècle et le début du XIX° siècle. Ces gabirottes ne figurent en effet pas sur les relevés pourtant très précis élaborés par Claude Masse, géographe et cartographe de Louis XIV (1715) ni sur ceux de César-François Cassini de Thury (1766) mais apparaissent nettement sur le cadastre napoléonien de 1833.

Leur particularité est d'être appareillée avec des moellons calcaires jointoyés avec un mortier grossier d'argile. De plan circulaire et de structure conique (comme certains puits couverts de la région), elles affichent un diamètre externe variant de 4 m (pour la plus petite) à 6 m (pour la plus vaste) et une hauteur moyenne de 3,6 m. Les murs sont épais d'environ 50 cm et elles sont toutes munies d'une porte orientée vers des chemins "carrossables". Elles comportent des niches internes prises dans l'épaisseur des murs et quelquefois un fenestron ouvrant sur le marais. Le linteau de celui de la gabirotte de Souhe est d'ailleurs rainuré par une rigole d'écoulement des eaux et la bâtisse comporte une saillie de pierre d'évier comparable à celles qui figurent sur les maisons d'habitation traditionnelles.

Niches interieures de la gabirotte de Souhe, octobre 2003

Vue sur le marais de Souhe deouis le fenestron de sa gabirotte, octobre 2005

Rainure d'écoulement d'eau du fenestron de la gabirotte de Souhe, octobre 2003
Pierre en saillie d'écoulement d'eaux usées. Gabirotte de Souhe, octobre 2003
page suivante vers la page suivante