ENVIRONNEMENT     Pour revenir à la page d'accueil du site
N'hésitez pas à nous écrire!

      Les marais de la Seudre, situés de part et d'autre des 25 km de l'estuaire de la Seudre, sont adossés à l'anticlinal calcaire crétacé de Saintonge, avec comme prolongation naturelle, l'île d'Oléron, dont ils ne sont séparés que par le Pertuis de Maumusson.

      Ces zones humides d'estuaires comportent des vasières composées de bri fluvio-marin (sédiments fins argilo-sableux), soumises au flux et au reflux de la mer qui les recouvre plus ou moins d'eau selon l'amplitude des marées.

Ancien marais salant au premier plan en bord de Seudre, Souhe, sept.2003
Bri encore appelé broue ou chalon, sédiments fluvio-marins typiques qui tapissent tout l'estuaire de la Seudre et ses marais.
Marais de Souhe à l'automne quand les salicornes commencent à rougir, sept.2003 La partie basse de l'estuaire, inondée à chaque marée, dessine la slikke. La partie haute, recouverte seulement lors des malines (fortes marées à haut coefficient), forme le schorre, avec des prés salés et une végétation dense. Quant à l'assise calcaire dont le bombement rive droite est fragmenté en anciennes îles (Artouan, Nieulle, Souhe),¶elle supporte des terres douces agricoles permanentes tout comme un habitat groupé, avec en lisière, des marais aménagés (polders, anciens marais salants reconvertis en claires à huîtres, pâturages...) protégés par des digues mises en place au XVI-XVIIèmes siècles.¶

Pour plus de renseignements, ne pas hésiter à consulter l'excellent atlas des marais salés de la façade atlantique dessiné par Ifremer en cliquant sur la légende (L)

http://www.ifremer.fr/envlit/documentation/dossiers/atlasmarais/c14laseudre/laseudre.html