PATRIMOINE N'hésitez pas à nous écrire!

Pour revenir à la page d'accueil du site

 
Carte postale ancienne montrant une scène de puisage et de lessive au Puits de la Tourette à Saint Sornin. PLus bas,  le m^me puits aujourd'hui! Carte postale ancienne montrant une scène de puisage dans un village saintongeais, Exposition philatélique de Marennes, février 2004
 
Les puits font partie de ce petit patrimoine de pays, souvent méconnu mais qui reste toutefois un formidable témoignage de l'importance de l'eau dans des villages où la vie collective s'organisait autour de ces margelles de pierre: on y tirait l'eau, on s'y rencontrait, on y discutait, échangeant les nouvelles importantes de la vie des villages. En Saintonge, les puits, généralement installés sur des "quéreux", c'est à dire des espaces communs à un quartier ou à un groupe de maisons, étaient couplés avec un ou deux "timbres", abreuvoirs pour les bêtes, mais aussi bassins pour les "bugées", les grandes lessives communautaires.
Ensemble de timbres avec leur puits  sur un quéreux de Souhe, juillet 2004
Puits situé entre l'Eglise St-Laurent du Gua et l'ancien prieuré, Le Gua, 2004
 
Certains puits saintongeais comportent une entaille caractéristique, un rentrant qui permettait aux femmes, le plus souvent dévolues à la corvée de puisage, de pouvoir remonter leur seau en fournissant moins d'efforts. Ces puits, construits en solide pierre calcaire, peuvent indifféremment être de section carrée ou cylindrique. Certains toutefois, affichent une architecture plus recherchée: c'est le cas du Puits de la Tourette de Saint-Sornin, très bel exemple de puits couvert en obus.
Puits  couvert de la Tourette à Saint Sornin, flanqué de ses timbres. Puits du chemin des Tourterelles à Nieulle, juillet 2004
 
Les puits de Luzac ont la particularité de comporter pour la plupart deux montants droits maçonnés en moellons calcaires qui tiennent un grand linteau en pierre de taille servant de support à la poulie pour les seaux. Leur nombre et leurs caractères ressemblants peuvent permettre de penser qu'ils ont été construits par des maçons de village au savoir faire indéniable qui ont ainsi apporté leur "marque de fabrique".
Puits de Luzac à l'entrée du village en venant de Nieulle, juillet 2004 Puits et ses timbres, rue des Pâquerettes, Luzac, juillet 2004
 
Puits à la sortie de Luzac, juillet 2004 Puits Bardin, Luzac, juillet 2004
 
D'autres puits affichent une coupole dite à l'impériale, comme le Puits de La Mauvinière ou celui à la sortie de Luzac, qui datent vraisemblablement du XVII° siècle et devaient constituer des éléments de prestige de grandes propriétés rurales, encore existantes ou aujourd'hui disparues. Ces puits sont peut être des chefs d'oeuvre de compagnons maçons car certains portent des marques: celui de Luzac, illustré ci-dessous, et dont malheureusement certains des pilastres sont sérieusement érodés, est signé sous la coupole d'une inscription gravée: "PONNIER FECIT" (= Ponnier l'a fait).
 Rare exemple de puits à escalier de la Mauvinière. Puits à dôme de Luzac.